silver

SILVER SHORT SQUEEZE : NOUVELLE RUÉE SUR L’ARGENT PHYSIQUE ?

PUBLIÉ PAR LAURENT MAUREL 

Il y a 10 ans, le 1er mai 2011, a eu lieu l’attaque la plus violente sur le marché des futures de l’argent. C’était dans la nuit de dimanche à lundi, sur le marché électronique du Globex, une vente record de plusieurs milliers de contrats a fait s’effondrer le prix de l’argent de plus de 6$ en à peine 10 minutes.

Je me souviens de cette date comme si c’était hier. À l’époque j’étais en train de tenter d’acheter une maison sur plan, sur un terrain dans le sud de la France. L’achat n’avait finalement pas pu se faire, car le terrain sur lequel travaillait le lotisseur ne lui appartenait pas. Le promoteur essayait de vendre quelque chose qui ne lui appartenait pas ! Évidemment, la supercherie n’avait pas fonctionné, le foncier ayant un minimum de règles, même dans le sud de la France. Le marché des futures n’est pas aussi bien régulé. Sur ce marché, la supercherie passe comme une lettre à la poste. Les banques sont capables de vendre ce qu’elles n’ont pas. Elles peuvent même vendre un bien plusieurs centaines de fois sur ce marché de l’argent physique. Pour chaque once physique vendu dans le monde, des centaines de contrats papiers flottent dans l’univers du marché dérivé.

Il faudra attendre 9 ans pour découvrir comment ces banques ont réussi à faire ce qu’aucun promoteur véreux n’a réussi à faire sur le marché immobilier : vendre ce que l’on ne possède pas plusieurs fois à la suite pour contrôler les prix ! Tout ceci sous l’absence totale de supervision des autorités normalement censées veiller à la régulation de ce marché des futures. Je me souviens qu’à l’époque, des activistes comme Craig Hemke, Andrew McGuire, et aussi Chris Powell avaient mis en cause le silence étourdissant de la CFTC, l’organisme de régulation du COMEX, le marché des futures. Les preuves de manipulation de ce marché ne manquaient pourtant pas. L’un des membres de la commission de régulation, Bart Chilton, aujourd’hui décédé, avait tenté d’alerter sur la situation, mais rien n’avait bougé. La CFTC, dirigée à l’époque par Gary Gensler (en charge aujourd’hui de la SEC), avait refusé d’ouvrir une enquête.

En septembre 2020, après un long procès, JP Morgan est finalement condamnée avec d’autres banques pour manipulation des prix des métaux précieux, notamment celui de l’argent. L’entreprise criminelle est condamnée à verser près d’un milliard de dollars à la justice américaine pour échapper aux poursuites.

C’est donc ce 1er mai 2011 que débutait cette grande entente sur le contrôle des prix au moyen d’opérations de spoofing des marchés entre brokers de plusieurs banques. Les malversations se sont prolongées au moins jusqu’en 2015, d’après le compte-rendu du jugement.

Ces manipulations ont eu un effet dévastateur sur une industrie entière. Le secteur des explorateurs miniers s’est littéralement effondré entre 2010 et 2018. Avec un prix aussi bas, comment justifier le financement de nouveaux projets d’explorations ? Aujourd’hui, nous payons ce manque d’investissement lié à cette suppression de prix.

Regardez ce graphique publié par SRSRocco. Non seulement la production des minières d’argent diminue, mais cette production est aussi de plus en plus dédiée à l’investissement.

Cette manipulation des prix est en train de conduire le marché vers une situation de rupture qui ne se débloquera que lorsque le prix aura augmenté sensiblement.

Le contrôle des prix n’a aujourd’hui plus d’issue, c’est mathématique. Pourtant, c’est encore ce qui se passe aujourd’hui. Il y a encore beaucoup trop de positions vendeuses à protéger à tout prix.

En fait, ce contrôle des prix de l’argent n’est plus un mystère pour l’ensemble des participants de ce marché. L’organisme de régulation est même officiellement passé d’un contrôle du fonctionnement du marché à un contrôle des prix du marché !

La commission ne se cache plus pour expliquer son nouveau rôle.

Interrogé cette semaine sur le mouvement Silver Short Squeeze, Rostin Behnam, l’actuel responsable de la CFTC, se félicite du rôle de l’institution dans son rôle de contrôle des prix de l’argent. Chris Marcus (Arcadia Economics) se demande de manière pertinente si ce contrôle de prix entre dans le champ de compétences de la CFTC…

Pour des investisseurs qui ont perdu leur chemise durant cette longue décennie de contrôle des prix, sous le regard indifférent d’organismes de régulation qui ne jouent plus leurs rôle de régulateur de marché, pour tout un secteur d’exploration minière qui n’a pu engager les investissements nécessaires au renouvellement des ressources essentielles pour la révolution énergique verte annoncée, le moment est venu de siffler la fin de la partie.

Le mouvement Silver Short Squeeze de février a eu un retentissement international. Il a provoqué une tension historique sur le marché physique de l’argent et a forcé les banques massivement vendeuses sur le métal à encore augmenter l’effet de levier sur des positions shorts de plus en plus fragiles.

Ce mouvement a bousculé l’ensemble des gardiens de métaux, qui doivent répondre à des clients de plus en plus anxieux sur l’authenticité de leurs comptes métaux. On sait qu’aujourd’hui le marché de l’argent repose sur un système fractionnaire où il y a beaucoup plus de propriétaires virtuels que d’onces de métal disponibles.

A l’occasion de l’anniversaire des 10 ans du début du massacre sur le marché de l’argent, Craig Hemke (TF Metals Report) a lancé un appel sur le pour démarrer l’acte 2 du Short Silver Squeeze. Selon ses calculs, si 100 000 personnes achètent 1000 onces d’argent, ce système fractionnaire s’effondrera, quels que soient les efforts des banques à spoofer le marché des futures ou ceux des organismes de régulation à “contrôler le prix”.

La communauté r/WallStreetSilver, qui compte déjà plus de 60 000 membres, a repris le mouvement et lance à son tour un appel pour une nouvelle ruée sur l’argent d’ici la fin de la semaine prochaine.

Source: https://or.fr/actualites/silver-short-squeeze-acte-2-nouvelle-ruee-argent-physique-2282

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *